Cinq conseils pour traverser les périodes de chaleur intense

Au Québec, nous adorons tous l’été, surtout après un long hiver particulièrement froid ou enneigé. Cependant, les périodes de chaleur intense demeurent un défi à ceux qui souhaitent rester confortables pendant la belle saison, surtout chez les 50 ans+. Voici donc quelques conseils pour vous aider à profiter de l’été lorsque la température dépasse les normes saisonnières.

La canicule

La «canicule» désigne une période d’intense chaleur au cours de laquelle les températures sont bien au-dessus de celles que la région concernée connaît habituellement sur cette même période. Pour qu’une  vague de chaleur soit qualifiée de canicule, il faut que celle-ci égale ou dépasse certains seuils en intensité et en durée (exemple : au moins 72 heures consécutives). Elle peut être accompagnée d’un niveau d’humidité élevé, ce qui accroît la sensation de chaleur.

La chaleur accablante

Environnement Canada émet des avertissements de «chaleur accablante» lorsque la température atteint 30 °C et que l’indice Humidex (température et taux d’humidité combiné) atteint 40°C. La chaleur accablante cause surtout de l’inconfort chez la population.

La chaleur extrême

La «chaleur extrême» a été définie par les autorités de santé publique afin de prévoir les épisodes de chaleur qui risquent le plus d’avoir un impact sur la santé des personnes vulnérables. Ainsi, un épisode de chaleur extrême se traduit à Montréal par trois jours consécutifs où la température moyenne maximale atteint 33 °C et la température moyenne minimale ne descend pas sous les 20 °C, ou lorsque la température ne descend pas en bas de 25 °C durant deux nuits consécutives. Environnement Canada n’émet pas d’avertissement de chaleur extrême, mais ses prévisions météorologiques permettent d’anticiper les situations qui pourraient devenir problématiques.

Si la canicule, la chaleur accablante ou la chaleur extrême peuvent être pénibles pour les personnes en bonne santé, elles peuvent aussi provoquer des problèmes graves chez les personnes plus fragiles, que ce soit en raison d’insuffisances cardiaques, de troubles respiratoires ou encore de maladies chroniques.  Les aînés et les enfants de 4 ans et moins sont par ailleurs particulièrement à risque pendant ces épisodes.

Surveillez l’apparition des malaises suivants pendant les périodes de chaleur intense, en vous ou chez vos proches :

-la déshydratation (bouche sèche)

-les maux de tête

-les crampes musculaires

-les enflures des mains, des pieds et des chevilles

-les étourdissements

-la confusion

-les évanouissements

En présence de ces symptômes, il est recommandé de téléphoner à Info-Santé en composant le 8-1-1 ou de consulter un professionnel de la santé. En plus de ces symptômes, s’il y a présence de fièvre, un coup de chaleur pourrait survenir, ce qui est une urgence médicale. Dans ce cas, on doit appeler le 9-1-1 pour avoir de l’aide.

Pour prévenir ces malaises :

1) Passez quelques heures par jour dans un endroit frais, idéalement climatisé

Si vous n’avez pas de climatisation à votre domicile, magasiner dans un centre commercial, lire un livre à la bibliothèque ou voir un bon film au cinéma peuvent donner un répit agréable. Vous pouvez aussi consultez les cartes du Centre de sécurité civile de la Ville de Montréal pour repérer les lieux publics climatisé et les points d’eau situés près de chez vous.

2) Buvez de 6 à 8 verres d’eau par jour, même si vous n’avez pas soif (évitez de consommer des boissons alcoolisées, car l’alcool peut aggraver la déshydratation.)

3) Prenez au moins une douche ou un bain frais par jour, ou rafraîchissez votre peau plusieurs fois par jour avec une serviette mouillée         

4) Réduisez les efforts physiques, au travail ou dans vos loisirs

Pour ce faire, portez des vêtements légers, de couleur claire, de préférence en coton, pour favoriser l’évaporation de la sueur. Couvrez-vous la tête pour vos activités à l’extérieur. Ajustez votre rythme de travail en fonction de votre tolérance à la chaleur. Prenez des pauses à l’ombre ou dans un endroit frais.

5) Prenez des nouvelles de vos proches, surtout ceux qui sont en perte d’autonomie ou qui vivent seuls.

Les personnes âgées isolées sont parmi les plus à risque dans le cas de chaleur intense. Dans certains centres d’hébergement, il n’est pas possible d’installer des climatiseurs. Ailleurs, certains résidents n’ont tout simplement pas les moyens d’en acheter un.