«Des conseils pour la protection des aînés» par Me Paul G. Brunet, MAP

Reçu au Barreau en 1982 et détenteur d’une maîtrise en administration publique, Me Paul G. Brunet œuvre inlassablement au sein du Conseil pour la protection des malades à titre de bénévole pour améliorer la condition de vie des citoyennes et citoyens. Me Brunet a œuvré en tant que conseiller juridique au sein du Conseil pour la protection des malades depuis 1982 et aussi en tant que directeur général depuis 1997. Depuis tout ce temps, Me Brunet continue de parler au nom de l’œuvre de son frère Claude Brunet qui fonda le Conseil pour la protection des malades en 1973. Il défend plus particulièrement le respect, l’avancement des droits, la dignité et la qualité de vie des personnes âgées, malades, handicapées, psychiatrisées ou hébergées. La contribution remarquable de Me Brunet au soutien des droits des malades, son dévouement ainsi que son travail acharné ont été reconnus par le Sénat canadien qui, à travers L’honorable sénateur Serge Joyal, a retenu sa candidature pour recevoir la médaille du 150e du Sénat canadien.

CONFÉRENCE (Accès gratuit)
Palais des congrès de Montréal
Vendredi 22 mars 2019 à 11 h
Des conseils pour la protection des aînés – Les personnes aînées augmentent en âge et en nombre en Occident et au Québec en particulier. Sans mauvaise intention, les États, le Québec aussi, n’a pas semblé évolué au même rythme que les besoins de celles-ci. Pendant de nombreuses années, et encore jusqu’à tout récemment, le gouvernement, le ministre de la santé de l’époque, ont fait la sourde oreille et prétendu que tout allait bien pour nos aînés, en particulier en CHSLD. Or ce n’était pas le cas. Il aura fallu le lancement d’une demande de recours collectif par le Conseil pour la protection des malades et la venue d’un nouveau gouvernement pour que, enfin, l’État, le gouvernement, les autorités commencent à vouloir améliorer les choses. Il n’est pas trop tard si on commence maintenant. Me Brunet donnera quelques exemples de situations irrespectueuses des droits à la sécurité et à la dignité, subis par nos aînés en CHSLD. Il proposera quelques pistes d’intervention aux proches, aux membres des familles, des comités d’usagers et des résidents, en situant le vrai rôle des comités dans les CJSLD puis en donnant des conseils sur comment intervenir afin que la voix, les droits des usagers soient mieux respectés en CHSLD.